L'US Torcy fonce à toute allure ! (Parisien Seine-et-Marne du 3 avril)

Publié le par Torcypourtous

Invaincu depuis le 20 novembre 2011, Torcy a le droit de rêver encore de DSR. Chiche?

 

Et si Torcy coiffait tous ses adversaires sur le poteau? Derrière l’immense favori, les Lusitanos de Saint-Maur, et les deux autres gros challengeurs, Montrouge et la Colombienne. Torcy a su tracer son sillon. A six matchs de la fin, au terme d’un parcours de champion (7 V, 2 N), les Torcéens affichent un visage conquérant. Aujourd’hui, tous les espoirs leur sont permis… à condition de continuer à gagner.



Froid de réalisme
Souvent cité comme une équipe au jeu agréable par le passé, mais peu efficace, Torcy à la sauce Christophe Lamy s’est métamorphosé et est devenu une redoutable machine à gagner, parfaitement bien huilée. Deux occasions de but seulement lui ont ainsi suffi pour remporter le toujours très chaud derby face à son voisin Noisiel (2-1) dimanche. « Effectivement, c’est quelque chose de nouveau chez nous, explique l’entraîneur torcéen. Par le passé, on avait du mal face aux équipes du bas de tableau. Je suis heureux de voir qu’on en est sorti indemne à Choisy-le-Roi et dimanche contre Noisiel. »

Une équipe sans pression
Trop loin au classement à la trêve hivernale, Torcy n’a pourtant pas cédé. Au contraire, il a entamé une série qui aujourd’hui fait peur à tout le monde. « Nous n’avons pas plus de certitude qu’en début de saison, estime pourtant Christophe Lamy. Nous, on ne regarde pas trop le classement. On joue juste les matchs pour gagner. De toute façon, cela ne dépendra pas de nous. Il faut que Montrouge ou la Colombienne lâche des points. » En attendant, Torcy enchaîne les victoires avec un mental d’acier.

L’importance des anciens
Avec un groupe incroyablement jeune, Torcy peut s’appuyer sur trois cadres qui ont plus de 30 ans, à savoir le gardien Anthony Calamy, le défenseur Eric Kemayou et le milieu de terrain Mickaël Lafont. Ce dernier a d’ailleurs offert la victoire à Torcy en marquant un coup franc direct dimanche contre Noisiel. « J’ai des jeunes de qualité, mais ils ont besoin d’être encadrés et surtout rassurés par la présence des anciens, constate l’entraîneur torcéen. Ce sont les cadres qui auront la clé d’une fin de saison réussie. »

Son destin en main
En attendant, à six matchs du terme, Torcy compte encore quatre points de retard sur Montrouge (2e) et deux sur la Colombienne (3e). Deux équipes que Torcy doivent encore jouer les 13 et 20 mai. Deux rencontres cruciales en une semaine qui feront sûrement le poids à l’heure des bilans. « Je ne sais pas, atténue Lamy. Dans notre situation, il faut gagner les six derniers matchs si on veut croire en notre étoile. Et encore, il faudra que Montrouge craque ailleurs pour qu’on passe devant. »

Un tournant à Saint-Maur
On sera fixé lors des deux prochaines journées face à Moissy et Saint-Maur. « Ce sont deux matchs à gagner, surtout que dans le même temps il y aura une confrontation directe entre la Colombienne et Montrouge, souligne Lamy. Nous y verrons plus clair après ces deux rendez-vous. »
En tout cas, Torcy n’a peut-être jamais été aussi près d’un retour en DSR, qu’il a quittée il y a sept ans…

Publié dans Torcy dans la presse

Commenter cet article